Polaski - Märkl, Pleyel, 13/05/2007

Publié le par Friedmund

 

Richard Wagner


Prélude de Tristan und Isolde

Wesendonck Lieder

Mort d’Isolde

 

Rheingold : Prélude, Descente au Nibelheim

Walküre : Chevauchée des Walkyries, Adieux de Wotan

Siegfried : Combat et mort de Fafner

Götterdammerung : Aube, Voyage sur le Rhin, Marche funèbre, Immolation

 

Deborah Polaski, soprano

Orchestre National de Lyon

Jun Märkl, direction

 

 

Un concert wagnérien un dimanche après-midi, cela ne se refuse pas, surtout avec un aussi beau programme, classique certes, mais toujours agréable.

 

La première partie consacrée à Mathilde Wesendonck nous offre la belle Deborah Polaski, admirablement soutenue par Jun Märkl à la tête de l’Orchestre National de Lyon. Depuis ses dernières apparitions à l’Opéra de Paris nous savons que la soprano est désormais blessée vocalement. L’ouverture du cycle, Der Engel, la voit fâchée avec la justesse au delà du raisonnable. Les aigus sont faux une fois sur deux, et le soutien se dérobe à tout piano dans le passage. Stehe still, moins extatique, sera déjà infiniment plus correct, et Im Treibhaus simplement merveilleux. Car si la voix a ses douleurs, elle reste d’une grande beauté, et Polaski confère un lyrisme admirables à ses phrasés, souvent très purs et délicatement nuancés. Les premières phrases de Traüme seront simplement mémorables, et tant pis pour le registre aigu rebelle à la fin du lied ! La Liebestod de Tristan und Isolde commence elle aussi superbement avant que la voix ne se dérobe définitivement en cours de route. En somme, Deborah Polaski nous montre une fois encore quelle musicienne elle est, même si le constat de la cruelle usure du temps est incontournable. Selon l’affection que l’on porte à cette grande dame du chant wagnérien, on pointera avec autant de raison les instants douloureux ou les moments ineffables de grâce. Pour ma part je salue avec bonheur cette artiste qui chanta plus de Brunnhilde que nulle autre après-guerre à Bayreuth et nous offrit sa 150ème Elektra à Bastille il y a deux ans sans jamais rien perdre de sa probité musicale, même la voix endolorie. Chapeau l’artiste, et merci.

J’ai croisé Jun Märkl pour la première fois il y a trois ans presque jour pour jour. Il dirigeait alors à la Wiener Staatsoper un Siegfried qui me fut un régal orchestral. Il est  d’ailleurs depuis longtemps une des baguettes préférées du public viennois. Ce jeune chef a été le véritable triomphateur du concert de cet après-midi. Voila Wagner tel que je l’aime : cursif et emporté, chaleureux et lyrique, enthousiaste mais retenu. Si la direction de Jun Märkl ne déborde jamais en volume, elle fourmille de phrasés soutenus, et sa fougue a une ardeur communicative. L’équilibre transmis aux pupitres est remarquable, et les textures orchestrales d’une belle transparence permettant de goûter ainsi toute la beauté de l’Orchestre National de Lyon. Je salue d’ailleurs au passage la qualité de la formation lyonnaise qui n’a à craindre l comparaison d’aucun ensemble symphonique parisien. Rondeur, chaleur, beauté du son, je suis sorti enchanté de la seconde partie faite d’extraits symphoniques du Ring.

 

Ne cherchez pas le grand chef wagnérien de demain, c’est lui. Déjà Vienne, Munich et Londres n’ont pas hésité à lui confier la baguette de leurs Ring, et Berlin l’invite très fréquemment. On espère l’entendre bientôt à l’Opéra de Paris. Le répertoire de Jun Märkl est aujourd’hui essentiellement tourné vers Mozart, Wagner, Puccini, la musique française du début du 20ème siècle et le répertoire contemporain. Oserait-on suggérer à Nicolas Joël, à la recherche de son futur directeur musical, que ce serait là un profil idéal et prometteur pour l’Opéra de Paris ?

-

- 

-
Chroniques précédentes concernant Deborah Polaski

1) L'Elektra de Polaski à la Bastille (26/06/2005)  : 
http://operachroniques.over-blog.com/article-6359225.html 

2) La 150ème Elektra de Polaski (12/07/2005) : 
http://operachroniques.over-blog.com/article-6359435.html 

3) Cassandre et Didon à la Bastille (01/11/2006): 
http://operachroniques.over-blog.com/article-5166418.html  

Publié dans Saison 2006-2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :